Quels sont les effets fiscaux du choix de la forme juridique ?

Publié le : 24 novembre 20217 mins de lecture

Les influences fiscales dans le choix de la forme juridique représentent une prémisse importante dans les décisions constitutives des entreprises. Dans le cadre de la planification de la fiscalité des entreprises, la charge fiscale future est planifiée avant la réalisation du fait générateur de l’impôt au moyen d’arrangements factuels orientés vers l’impôt. L’avantage d’une forme juridique est également influencé par la charge fiscale. La distinction entre les sociétés de personnes et les sociétés de capitaux, en particulier les sociétés à responsabilité limitée, est pertinente à des fins fiscales.

Les effets fiscaux du choix de la forme juridique

En règle générale, les sociétés de personnes ne peuvent être envisagées que dans le cas d’un groupe d’actionnaires étroitement défini, tandis que dans le cas d’un grand nombre d’actionnaires, seule la forme juridique de la société anonyme : publique convient pour des raisons non-fiscales. Les différences dans l’imposition des sociétés de personnes et des sociétés de capitaux sont dues à l’imposition.

Les bénéfices

Les bénéfices sont soumis à la taxe professionnelle, tant pour les sociétés de personnes que pour les sociétés de capitaux. À l’exception d’un taux d’imposition progressif ultérieur pour les sociétés de personnes, il n’y a pas de différence entre les sociétés de personnes et les sociétés de capitaux en ce qui concerne la taxe professionnelle si les associés ne s’entendent pas sur les paiements de prestations tels que les salaires, les loyers et les baux avec leur société. Les bénéfices non distribués sont soumis à l’impôt sur les sociétés dans le cas des sociétés, et à l’impôt sur le revenu des personnes physiques et le cas échéant, à l’impôt ecclésiastique dans le cas des sociétés de personnes. Selon le niveau du revenu individuel et les taux d’imposition des églises, la charge dans le cas des sociétés de personnes peut être plus ou moins importante que dans le cas des sociétés de capitaux.

 Les bénéfices d’une entreprise de partenariat sont soumis uniquement à l’impôt sur le revenu, en plus de la taxe professionnelle. Cela s’applique indépendamment du fait que les bénéfices soient conservés ou retirés. Les bénéfices distribués par une société, en revanche, sont soumis à la taxe professionnelle et à l’impôt sur les sociétés pour la société et, en outre, la moitié des bénéfices est soumise à l’impôt sur le revenu pour les actionnaires. Dans le cas des sociétés, le moment de l’imposition des actionnaires peut être déterminé en choisissant le moment de la distribution. S’il est possible de déterminer le moment de telle sorte que les distributions élevées coïncident avec les pertes d’autres types de revenus de l’actionnaire au cours d’une année, des économies d’impôt peuvent être réalisées. Des possibilités de structuration fiscale similaires n’existent pas pour les sociétés de personnes, puisque l’imposition dépend de la génération de bénéfices et non de l’appropriation des bénéfices.

Les contrats de dette entre l’entreprise et son actionnaire

Contrairement aux sociétés de personnes, les contrats relevant du droit des obligations entre une société et ses associés sont généralement reconnus sur le plan fiscal et peuvent entraîner des avantages fiscaux considérables pour la société. Alors que les paiements de salaires aux associés travaillant dans la société représentent des dépenses d’exploitation déductibles pour la société, ils constituent des éléments de bénéfices : bénéfices anticipés pour une société de personnes. Cela conduit à une diminution du revenu commercial de la société à hauteur des salaires et donc à une diminution de la charge de la taxe commerciale.

Les attributions de provisions pour pensions aux associés coopérants sont des dépenses professionnelles déductibles dans le cas des sociétés de capitaux, et des bénéfices anticipés dans le cas des sociétés de personnes. Ils peuvent permettre de réaliser des économies considérables en matière d’impôt sur le commerce et sur les sociétés. Seules les sociétés peuvent économiser la taxe professionnelle en accordant des prêts des associés à leur société. Une société peut également devenir plus avantageuse grâce au crédit-bail ou à la location d’actifs par les actionnaires à leur société. Dans ce cas, une scission d’entreprise à des fins fiscales peut se produire.

Le revenu exonéré d’impôt

En ce qui concerne le traitement du revenu exonéré d’impôt, une société est désavantagée par rapport aux sociétés de personnes, car le revenu exonéré d’impôt reste exonéré d’impôt dans le cas des sociétés de personnes s’il est utilisé pour la distribution des bénéfices, alors que dans le cas des sociétés, les actionnaires doivent payer l’impôt sur le revenu. Toutefois, seule la moitié des distributions est imposée dans le cadre du système de demi-revenu. Il n’existe pas de forme juridique optimale à des fins fiscales. Il convient plutôt d’examiner dans chaque cas particulier quelle forme juridique est avantageuse. Ce choix nécessite donc une planification minutieuse d’un point de vue fiscal.

Plan du site